Oléron, la visite de l’île

Bord de mer
avril 5, 2017
Cours de yoga sur oléron
avril 5, 2017

Premier contact

Dès le premier contact, Oléron s’offre à nous avec la luminosité de son ciel, ses maisons basses aux volets colorés et aux murs blanchis à la chaux, l’odeur de la flore, la diversité de ses paysages et de ses climats. Dans le Sud, protégés par le continent et par la forêt bordant la côte Ouest, les mimosas fleurissent dès le mois de février.

La côte sauvage

Mais au Nord, à la pointe de Chassiron, que les cartes anciennes appellent « le bout du monde », sur cette proue de navire qui vogue en plein océan, un spectacle plein de grandeur et de force s’offre à nous, il rappelle l’âpre poésie de la pointe du Raz et de la lande bretonne.

Le Château et sa citadelle

Du débouché du pont au Château, la route sillonne à travers les marais salants. Comme une étoile de pierre, la citadelle du Château fortifiée au XVIIe siècle par Richelieu et Vauban se dresse face au continent. Son rôle était de protéger l’embouchure de la Charente et le port de Rochefort.

Bâteau d’ostréiculteur

Saint-Pierre

Capitale de l’Ile d’Oléron de part sa situation géographique, Saint-Pierre est devenue le centre historique, administratif et culturel. En approchant de la ville, on aperçoit le clocher polygonal de l’église qui sert d’amer aux bateaux entrant dans le port de la Cotinière.
C’est en 1899 que Pierre Loti vint pour la première fois à Saint-Pierre prendre possession de « la Maison des aïeules » qu’il venait de racheter. Décédé en 1923, il repose aujourd’hui dans le jardin de cette vieille demeure.

La baie des Seulières

Boyardville

Partie intégrante de la commune de Saint-Georges, Boyardville a été la base de départ des matériaux et des hommes qui ont édifiés Fort Boyard. Les jeux télévisés ont donné à ce bourg un regain d’activité.

 Le p’tit train de Saint-Trojan

Le Phare de Chassiron

Site à la fois sauvage et apprivoisé, le phare de Chassiron se dresse du haut de ses 46 mètres, face à l’immensité océane à l’extrême pointe Nord de l’Ile. Commencée en 1680 et achevée en 1689, la tour de Chassiron était alimentée au charbon puis, en 1778, par un réverbère. Le phare actuel construit en 1836 a une portée de 28 miles. Un escalier à vis de 224 marches donne accès à une plate-forme d’où le visiteur découvre l’Ile de Ré, La Rochelle, l’Ile d’Aix, toute l’Ile d’Oléron, la presqu’île d’Arvert et l’embouchure de la Gironde.

Le phare à la pointe de Chassiron

Saint Georges

La plus grande commune de l’Ile possède sur ses deux façades maritimes 15 km de plages bordées de forêts de pins. C’est également l’une des plus anciennes localités de l’Ile. Sa fondation est antérieure au XIe siècle, époque à laquelle les religieux de la Trinité de Vendôme y créèrent un prieuré.

L’église restaurée entre 1960 et 1968 est la plus belle et la plus ancienne de l’Ile. Sa façade est composée d’un large portail à cintre légèrement brisé et de deux étroites baies aveugles. Les vestiges romans, d’apparence archaïque et très mutilés par l’air marin, méritent de retenir votre attention.

Entre Chassiron et la Cotinière, les pittoresques villages de Chaucre et Domino possèdent encore des maisons typiquement oléronaises avec leur escalier extérieur et leur puits à la vaste margelle, groupés dans de petites cours « les cantons ».

Dune en bord de mer

La Cotinière

Haut lieu de tradition caractérisé par sa pêche d’espèces nobles (sole, bar, langoustine, merlu…), le port de pêche de la Cotinière est le premier en valeur de Charente Maritime. Il attire sur ses jetées de nombreux promeneurs curieux d’assister au retour des chalutiers puis à la criée au marché aux poissons.

Le port de la Cotinière